sphere media background sample

Sortir du néoprène grâce à l’innovation technique ?

Combinaisons en néoprène : vers une nouvelle vague ? Défis environnementaux et alternatives, découvrez les enjeux de ce challenge.

Incontournable depuis des décennies pour les amateurs et amatrices de sports nautiques et de plongée en eaux froides, la combinaison en néoprène constitue un basique indispensable. Sa capacité à isoler thermiquement le corps en milieu aquatique a permis à des millions de personnes de pratiquer leurs activités favorites dans des conditions… pas toujours accueillantes.

Seulement voilà… ces combinaisons ne sont pas sans impact sur l'environnement : le néoprène, dérivé du pétrole, est une ressource non renouvelable et sa production polluante.

Face à ces préoccupations, des alternatives aux combinaisons en néoprène semblent nécessaires. De nouvelles matières qui prennent en compte l'environnement tout en préservant les performances techniques attendues commencent à émerger. Alors de quoi parle-t-on ? Pour quelles échéances ? On vous en dit plus.

Le néoprène, un matériau controversé

Le néoprène est un caoutchouc synthétique largement utilisé dans la fabrication de combinaisons de surf et de plongée.
Son nom exact : "polychloroprène".
Ses avantages incontestables : une résistance élevée aux contraintes mécaniques, chimiques et thermiques. Des avantages qui lui ont rapidement permis de conquérir les marchés des sports aquatiques dès les années 1950. Depuis, ce matériau a eu le temps de faire ses preuves… mais les implications environnementales ont fini par s’imposer : ce caoutchouc synthétique produit à partir de pétrole ou de calcaire nécessite des procédés de fabrication très énergivores.

Les alternatives au néoprène

Une fois ce constat établi, une question se pose : par quoi le remplacer ? Chez DECATHLON, nous avons commencé avec le matériau Yulex100, fabriqué à partir de 100% caoutchouc naturel certifié.
Pour lancer cette transition, nous avons concentré nos efforts sur l'introduction du Yulex100 dans notre gamme junior pour débutant•es (qui totalisent tout de même 34 % de nos combinaisons de surf vendues en 2023) et dans nos hauts de plongée, qui représentent eux 27 % des hauts et des combinaisons de plongée et de snorkeling vendus en 2023. La suite est prévue pour 2025 avec la gamme adulte.
D’autres possibilités existent, selon le type de combinaisons qu’il faudra repenser (les combinaisons pour les eaux profondes n’ont pas les mêmes besoins que celles conçues pour favoriser la vitesse) et feront aussi l’objet d’explorations ultérieures.

Sortir du néoprène, d’abord un défi technique

Changer le matériau principal de la combinaison, sans trop modifier le processus de fabrication, tout en gardant les mêmes propriétés techniques, et en garantissant un prix accessible… un sacré challenge !

Début 2024, nous sortions ces premières combinaisons Yulex100 (“100” pour “mousse faite à partir de 100% de caoutchouc naturel certifié FSC ou PEFC”, donc sans aucun néoprène incorporé. Au global de la combi, il reste quelques parties qui ne sont pas en caoutchouc, comme la partie textile qui elle est non-teinte).


Et nous savons que le travail ne fait que commencer. Le néoprène possède des propriétés qui le rendent tout indiqué pour la fabrication de combinaisons, telles que sa résistance à la compression (pour les pratiques telles que la plongée bouteille, l'apnée ou la chasse sous-marine), sa finition lisse (pour les personnes à la recherche de vitesse) et son isolation thermique.

Travailler sur les matériaux et impliquer les parties prenantes

Revoir la conception en amont est un incontournable. Mais ce n’est pas suffisant ! Pour aller plus loin et revoir tout un écosystème, DECATHLON travaille avec Bluepoint, qui vise à concevoir un modèle régénératif pour contribuer à nettoyer les mers et à créer de nouveaux emplois sur toute la nouvelle chaîne de valeur du plastique marin.
Car l’enjeu est bien présent : les perspectives mondiales sur les plastiques de l'OCDE, publiées en juin 2022, soulignent l'ampleur de la menace que représentent les déchets plastiques pour nos océans et leurs écosystèmes fragiles : il y a 140 millions de tonnes de déchets dans les océans, dont 80 % de plastiques. Cette quantité de pollution marine par le plastique augmente de façon exponentielle, puisque 4,8 à 12,8 millions de tonnes s'y ajoutent chaque année. Le plastique pourrait dépasser le nombre de poissons d'ici 2050, endommageant la biodiversité, la santé et les économies marines.

Sortir du néoprène grâce à l’innovation

Le développement durable dans les sports d'eau

Chez DECATHLON, en 2023, 42,5% des ventes “sports d’eau” étaient générées par des produits bénéficiant d'une approche d'écoconception.

DECATHLON a diminué ses émissions absolues de CO2 eq. (scopes 1, 2 & 3*) de 11 % la même année. Pour contribuer à l'engagement du groupe DECATHLON, l’équipe Watersports vise à atteindre 50 % de produits éco-conçus en 2024 et 65 % en 2025.

*Scope 1, 2 et 3 : qu’est-ce que c’est ?
Pour réaliser un bilan GES, les entreprises doivent analyser les émissions de GES émanant de leur périmètre d'activité et de celui de tiers. Les périmètres dans lesquels les émissions de GES sont analysées sont appelés scopes. Trois grandes familles de périmètre sont distinguées : le scope 1, 2 et 3.

Le scope 1 : Les émissions directes (par ex. : la combustion du gaz dans les chaudières des magasins)
Le scope 2 : Les émissions indirectes liées à la consommation d’électricité
Le scope 3 : Les autres émissions indirectes de la chaîne de valeur (fabrication des produits, transport des produits, déplacement des collaborateurs, etc.)

Quel plan d’action pour une baisse des émissions absolues de CO2 eq. ?

Quel plan d’action pour une baisse des émissions absolues de CO2 eq. ?

Decathlon s'est fixé un engagement ambitieux visant à diminuer de 20 % ses émissions absolues de CO2 eq. à l’horizon 2026 par rapport à 2021.

Photo plongée avec requins à pointe noire

Notre engagement pour limiter la pollution plastique dans les océans

Alors que les plastiques à usage unique représentent 60% de la pollution marine, DECATHLON s’engage à atteindre 0 plastique à usage unique d'ici 2026.

Illustration fond marin et poissons

Qu’est-ce que la Journée mondiale des océans ?

Chaque 8 juin, c’est pareil, vous en entendez parler, de près ou de loin. Qu’est-ce que cette énième journée internationale ? À quoi ça sert ?

Photo d'un hippoccampe tenant un coton-tige

La pollution plastique dans les océans

Selon une étude du World Economic Forum, on estime qu’en 2050, il y aura plus de matières plastiques dans les océans que de poissons. Eh oui.

Fond de couleurs violet, jaune et rose

L’empreinte carbone, quel impact sur nous et notre environnement ?

L’empreinte carbone, qu’est-ce que c’est ? Quel impact a-t-on sur elle ? Et elle sur nous ? Zoom sur son lien avec les gaz à effet de serre, le climat et son mode de calcul.