Le risque chimique en production

Le risque chimique en production

Du plastique au textile, en passant par les emballages, les produits chimiques sont au cœur de la fabrication. Alors, comment limiter les risques ?

Sur 33 millions de substances chimiques, environ 2000 sont réglementées. En cause : leur toxicité pour la santé ou l’environnement. Du plastique au textile, en passant par les emballages, les produits chimiques sont au cœur de la fabrication de nos produits. Alors, comment supprimer les risques ? On fait le point.

C’est quoi le risque chimique ?

Une pollution chimique naît d’une substance, artificielle ou naturelle, dangereuse pour l’homme ou son environnement (on pense par exemple aux perturbateurs endocriniens : bisphénols, pesticides, etc.). Ils peuvent provoquer des réactions visibles à court terme, comme des allergies. Mais aussi avoir des effets non visibles à plus long terme : attaquer notre système hormonal et entraîner des maladies.

La pollution peut également être environnementale. On va la retrouver dans la nature par le biais de rejets chimiques industriels. Une fois dans l’eau, l’air ou les sols, ces éléments nocifs peuvent impacter la biodiversité et, donc, nous.

Comment la conception de produits crée un risque chimique ?

Un t-shirt peut être coloré, imprimé, déperlant... L’ensemble de ces caractéristiques provient d’un traitement chimique. Si la plupart des substances employées sont sûres, il est cependant impératif d'en contrôler la stabilité à toutes les étapes (au moment de la production, pour les ouvrier·ères, et quand les eaux usées sont rejetées dans l'environnement, au moment du stockage, pour les équipes Decathlon, au moment de l'utilisation du produit pour les client·es...).

Si une substance doit être supprimée, elle doit bien l'être sur l'ensemble de la chaîne de valeur.

Le risque chimique en production
Le risque chimique en production

Comment éviter ces risques ?

Chez Decathlon, l’équipe Qualité effectue un travail de veille autour des nouvelles molécules produites. À partir de là, elle crée un cahier des charges chimiques que les fournisseurs s’engagent à respecter. Elle les forme à leur bonne utilisation. Après quoi, des contrôles sont effectués sur place dans les usines ou directement sur les produits.

Les produits de Decathlon sont testés dans des laboratoires tiers pour s'assurer qu'ils ne contiennent pas de substances dangereuses, un contrôle rigoureux est mis en place pour garantir la conformité avec la RSL.
De plus, pour aller plus loin, DECATHLON propose à ses fournisseurs des formations pour les aider à mieux comprendre les exigences en matière de gestion des produits chimiques.

Aider nos fournisseurs à gérer le risque chimique

Chez DECATHLON, la sécurité des produits est cruciale. Comme dans tous les processus liés à la production, la gestion du risque chimique est maîtrisée de manière transversale, avec pour objectif d'assurer l'autonomie des fournisseurs en élevant leur niveau de compétence dans ce domaine. La formation des fournisseurs est pilotée par les équipes de production et de processus industriels du pays.

La formation est dispensée par un formateur directement sur le terrain afin d'améliorer le système de gestion des risques chimiques dans les usines, au niveau des produits, des employés et de l'environnement. Après la formation, les travailleurs sont qualifiés sur trois parties principales : la validation des produits chimiques, la manipulation sûre des produits chimiques et la gestion des déchets dangereux.

Fin 2022, nous comptabilisons 273 fournisseurs formés à la gestion des produits chimiques en usine.

De ce constat naît le projet ZDHC : zéro rejet de produits chimiques dangereux

« Zero Discharge of Hazardous Chemical » est une fondation de 170 contributeurs : industriels du textile, de la chaussure, fournisseurs de produits chimiques ou ONG. L’objectif ? Atteindre 0 rejet de produits chimiques dangereux dans l’environnement. Bref, faire bouger les lignes côté fournisseurs. Depuis le 14 janvier 2022, DECATHLON en fait officiellement partie. La fondation nous apporte des compétences et des outils afin de mieux gérer les risques en production. Nous amenons aussi notre expertise sur le sujet. Pour nos client·es, c’est l’assurance qu’on agit pour un monde plus sûr.

Notre engagement avec le programme ZDHC

Decathlon SE s'engage à soutenir la Mission ZDHC pour permettre aux industries du textile, de l'habillement, du cuir et de la chaussure de mettre en œuvre les meilleures pratiques de gestion durable des produits chimiques tout au long de la chaîne de valeur. Par le biais de la collaboration, de la définition de normes et de leur mise en œuvre, la Fondation ZDHC s'engage à atteindre l'objectif de zéro rejet de produits chimiques dangereux (Mission ZDHC).

L'entreprise s'engage à soutenir la vision de la Fondation ZDHC, à savoir la mise en œuvre généralisée de la chimie durable, en favorisant les innovations et les meilleures pratiques dans les industries du textile, de l'habillement et de la chaussure, afin de protéger les consommateurs, les travailleurs et l'environnement (Vision ZDHC).

L'engagement de DECATHLON envers ZDHC s'applique à l'ensemble du groupe (y compris les marques individuelles au sein de DECATHLON) lié au périmètre ZDHC. Par conséquent, tous les établissements travaillant avec DECATHLON et impliqués dans la fabrication de textiles, de cuir, de vêtements ou de chaussures sont tenus d'appliquer les "exigences du fournisseur", que l'usine soit un producteur de composants ou de produits finis.

DECATHLON adopte l'ensemble des directives ZDHC MRSL et ZDHC Wastewater, et s'engage à respecter les directives ZDHC CMS (Chemical Management System), TIG (Technical Industry Guide) et MMCF (Man Made Cellulosic Fibers). Decathlon s'engage à participer et à s'impliquer dans la création, le développement, les tests, l'amélioration et la mise en œuvre conjointe du programme ZDHC Roadmap to Zero (Programme ZDHC), des directives, des outils, des solutions et des initiatives qui font progresser la mission et la vision de ZDHC.

Notre feuille de route

Decathlon doit atteindre le plus haut niveau en termes de gestion des produits chimiques d'ici à 2026. Comment y arriver ? 

Le risque chimique en production

Connexion avec nos fournisseurs

Pour évaluer nos progrès vers le rejet zéro de produits chimiques dangereux, il est nécessaire de collecter des données auprès de nos fournisseurs : Quels produits chimiques utilisent-ils ? Comment gèrent-ils les risques ? Quelle est la qualité de l'eau rejetée ?
Pour ce faire, nous utilisons la plateforme officielle de ZDHC appelée GATEWAY qui nous connecte à nos fournisseurs et nous permet d'accéder aux données.
En 2022, nous avons réussi à connecter 200 fournisseurs sur la plateforme et nous collectons actuellement des données.

Pourcentage de connexion à la plateforme avec nos fournisseurs, à fin 2022 : 57%

Le programme ZDHC

Le programme "Roadmap to Zero" est organisé en trois domaines d'intervention qui sont liés entre eux pour améliorer la gestion des produits chimiques.

- Entrée 
Les produits chimiques utilisés dans la chaîne d'approvisionnement sont constamment vérifiés et les produits chimiques non vérifiés sont progressivement remplacés par des alternatives plus sûres afin de garantir la conformité à la norme ZDHC MRSL.

Fin 2022, nous comptions 80,89% de conformité pour les produits chimiques entrants utilisés dans notre chaîne d'approvisionnement et nous continuerons notre travail pour atteindre 100%.

- Processus
Des directives et des formations guident les fournisseurs pour mettre en œuvre le meilleur système de gestion des produits chimiques dans l'usine. Les fournisseurs sont formés à la gestion des produits chimiques dans l'usine, en veillant à ce que les bonnes procédures et les meilleures pratiques soient en place pour réduire leur impact environnemental.

- Sortie
Les eaux usées, les boues et l'air sont analysés pour s'assurer que les rejets de l'usine n'auront pas d'impact sur l'environnement naturel : eau propre, air sain, pas de contamination du sol...

Des exemples concrets

Au sec et en bonne santé… sans PFC !

On y est presque : courant 2023, les produits mis en magasin ne contiendront plus de perfluorocarbures (PFC). Très utilisées dans l’industrie, on retrouve ces substances dans les matériaux déperlants : vestes, chaussures, maillots de bain.. Le souci ? Il s’agit de molécules chimiques dites « éternelles », c'est-à-dire très tenaces, persistantes, dans l’environnement et dont l’accumulation dans le corps peut engendrer des conséquences sur la santé. Depuis plusieurs années, les différentes équipes travaillent pour atteindre l’objectif de les remplacer et la substitution se fait au fur et à mesure. Les tentes et les sacs à dos sont bien avancés, les vestes et les pantalons nécessitent encore plus de travail. Pourquoi ? Pas facile de trouver des alternatives aussi résistantes au lavage !

Le risque chimique en production

Gonflés les stand-up paddles « Toluene free »

Chez DECATHLON, la production kayak et paddle est 100 % sans toluène depuis 2022. Parfait, mais qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'un solvant dans la colle utilisée pour l’assemblage des couches de plastique des produits gonflables. Le problème : à long terme cette substance peut altérer la vision et la fécondité masculine. En usine, les masques de protection obligatoires n’étaient pas toujours utilisés par les ouvrier·ères. Alors la suppression du produit s’est imposée. Les équipes chargées du processus, et après validation de nos toxicologues, ont suggéré aux fabricants une nouvelle référence de colle. Ces derniers sont libres de l’utiliser ou de préférer un autre produit, à condition qu’il soit garanti sans substances cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR). Deuxième bienfait du projet : certains fabricants et concurrents s’interrogent et s’y mettent. Et si, sous l’impulsion de nos équipes, 100 % du marché du paddle était Toluene free* d’ici 2 ans ?

*sans toluène

Interdire l'utilisation des phtalates dans nos produits

Les phtalates englobent de nombreux esters de l'acide phtalique. Les phtalates sont incorporés dans les plastiques pour améliorer leur durabilité, leur flexibilité et leur transparence. Les phtalates sont généralement mélangés aux polymères en tant que plastifiant externe sans liaison chimique. Par conséquent, les phtalates peuvent migrer hors du matériau, entraînant une exposition des personnes ou de l'environnement.

Par exemple, les pagaies gonflables sont habituellement fabriquées en PVC et nécessitent l'utilisation d'un plastifiant, tel que les phtalates, pour obtenir un matériau flexible et durable.
Pour des raisons d'impact sur la santé et l'environnement, Decathlon, en tant qu'AFIRM4, interdit l'utilisation de 24 substances ortho-Phtalates6 dans tous ses articles, à des concentrations très faibles (500 ppm pour chaque substance, 1000 ppm au total) afin de respecter la réglementation, de garantir un faible risque pour la santé et d'assurer une absence de présence dans nos processus en usine.

Itiwit, notre marque de paddle, en collaboration avec le processus de soudage, a éliminé les 24 ortho-phtalates, y compris le DINP, de tous ses stand-up paddles et kayaks.

Restriction LEAD dans les produits de pêche et de chasse

Le plomb est une substance très dangereuse pour l'homme et l'environnement. Le risque d'exposition à long terme au plomb induit un impact sur la reproduction et le développement des enfants. En outre, il est très toxique pour l'environnement dès de très faibles concentrations.

Intraitables sur la dépollution des eaux usées 

Quand on parle « pollution en production », on pense rapidement au CO2. Pourtant, une eau rendue impropre à la consommation par la pollution chimique peut avoir un impact immédiat sur la santé humaine et la biodiversité.

Depuis 2018, les équipes du Développement Durable de chez DECATHLON sensibilisent les fournisseurs et renforcent les vérifications. Certaines étapes de production gourmandes en produits chimiques : teinture, tannerie, papèterie... Des tests réguliers sont donc nécessaires pour s'assurer qu’à la sortie de l’usine, l’eau traitée est dépolluée et utilisable pour l’agriculture. Dépasser les normes, c’est s’exposer à la suspension de la production et à l’arrêt des envois. En 2021, 117 fournisseurs ont été audités selon notre grille de conformité environnementale. Celle-ci est alignée sur les standards ZDHC, plus exigeants que les réglementations en vigueur.

Pour aller plus loin sur le sujet de la production

Mener des audits environnementaux - Le système d'audit de DECATHLON

Mener des audits environnementaux - Le système d'audit de DECATHLON

Pourquoi effectuer des audits sur les normes environnementales ? Chez quel type de fournisseurs sont réalisés les audits environnementaux ?
NOS RESPONSABILITÉS EN PRODUCTION

Nos responsabilités en production

Chez DECATHLON, nous concevons nos produits. A ce titre, nous sommes aussi à l’origine de leur production. C'est-à-dire que nous mettons en place un système de fabrication à grande échelle, afin de rendre ces produits disponibles à travers le monde et plus grand nombre.
La production et la fabrication des produits Decathlon

La production et la fabrication des produits Decathlon

Les sujets liés à la production soulèvent beaucoup de questions et c'est bien normal : nous vous révélons tout ici.
S’engager pour éviter la destruction des produits et composants

S’engager pour éviter la destruction des produits et composants

Le témoignage de Céline Crouzat, leader de la stratégie développement durable sur la chaîne de valeur.