Comprendre la note CDP (Carbon Disclosure Project)

Comprendre la note CDP (Carbon Disclosure Project)

La note CDP est un système de notation établi par le Carbon Disclosure Project (projet de divulgation des émissions de carbone en français).

L’objectif de cette organisation : mesurer et évaluer la performance environnementale des entreprises et des collectivités. Chaque année, elle demande à des milliers de structures de lever les voiles sur leurs engagements environnementaux et leurs stratégies pour les atteindre.

En 2022, plus de 18 700 entreprises, représentant la moitié du marché mondial, ont reporté leur politique environnementale par l’intermédiaire du CDP.

Chantier sans fin et destiné à être en évolution permanente, le projet (lancé en 2000) intègre aujourd’hui, en plus des questions liées au climat, le sujet des forêts et de l’eau. Et ce n’est pas près de s’arrêter : l’ambition affichée du CDP est d’élargir leurs expertises aux domaines de la biodiversité, des plastiques et des océans, de l’interconnexion de la nature et des systèmes terrestres (la biodiversité est déjà intégrée dans le questionnaire climat depuis 2021 et la pollution plastique de l'eau dans le questionnaire Water depuis 2023).

Alors comment cette notation fonctionne-t-elle ? À quoi, à qui sert-elle ? Comment les entreprises peuvent-elles aussi y trouver leur compte ? Où en est DECATHLON sur le sujet ? Les réponses se trouvent ici.

Comprendre la note CDP (Carbon Disclosure Project)

Qu’est-ce que le CDP (Carbon Disclosure Project) ?

Sur leur site, on peut lire que le ”CDP Worldwide (Europe) gGmbH est une société caritative à responsabilité limitée dont le siège se trouve à Berlin, en Allemagne, inscrite au registre de transparence de l'UE depuis 2012. Il s'agit d'une filiale à 100 % de CDP Europe AISBL, une organisation caritative basée à Bruxelles, en Belgique.
(...)
Le CDP dispose de bureaux régionaux et de partenaires locaux dans 50 pays. Aujourd'hui, des entreprises, des villes, des États et des régions de plus de 90 pays publient chaque année des informations par l'intermédiaire du CDP".
(MAJ déc. 2023)

La structure est donc indépendante et très bien implantée. Preuve, s’il en est : en 2022, plus de 18 700 entreprises,  représentant la moitié du marché mondial, ont communiqué leur politique environnementale par l'intermédiaire du CDP sur les sujets du changement climatique, de la sécurité de l'eau et des forêts. Cela représente une augmentation de 38 % par rapport à 2021. Quant aux villes, États et régions, plus de 1 100 d’entre eux ont répondu au CDP.
En bref, le CDP est devenu un incontournable de la notation environnementale.

Comment la notation est-elle établie ?

Chaque année, un questionnaire est envoyé pour chacun des trois thèmes (climat, forêt, eau).

La méthode permet d’évaluer le niveau de détail et d'exhaustivité des réponses, ainsi que la sensibilisation de l'entreprise aux questions environnementales, ses méthodes, ses stratégies et ses progrès.

Les entreprises qui répondent sont évaluées et notées (les “notes” vont de A à D).
Celles qui ne répondent pas se voient attribuer, par défaut, un F.


Pour obtenir la note A, l’entreprise doit faire preuve de leadership (de bonnes pratiques en matière de stratégie et d'action) en matière d'environnement.
Elle doit aussi entreprendre d’autres actions : la création d'un plan de transition climatique, l’audit sur sa chaîne de valeur, des engagements validés SBTi (à moyen terme et net zero à plus long terme, l'élaboration de stratégies d'évaluation des risques liés à l'eau ou l'établissement de rapports sur l'impact de la déforestation pour l'ensemble des opérations, chaînes d'approvisionnement et produits de base concernés, etc.).

La note B correspond à la gestion de l'environnement. C'est-à-dire que les entreprises tiennent compte de leurs incidences sur l’environnement et montrent des signes de gestion de cet impact. Elle entreprend donc des actions, sans être pour autant leader.

Un C indique un engagement au niveau de la sensibilisation.

La note D est le point de départ pour les organisations qui souhaitent démontrer qu'elles ont entamé leur démarche environnementale.

Pourquoi une entreprise partage-t-elle ce type de données ?

Les raisons sont multiples !
D’abord, pour être la plus transparente possible, répondre aux préoccupations environnementales croissantes.
Mais cela a aussi d’autres vertus : répondre chaque année permet de suivre les progrès. Un peu comme un bulletin annuel finalement. Ce score permet aussi de se comparer, de se positionner par rapport à d'autres entreprises.

Le formulaire envoyé représente également une belle opportunité de rester le plus à jour possible sur ces sujets. Dans les nouveautés 2023, par exemple, apparaît la taxonomie. Un axe de travail pas encore obligatoire mais qui va le devenir… L’entreprise peut donc aussi capter un signal, une tendance d’un sujet qui ne serait pas ou pas encore travaillé.
Last but not least, la note CDP peut aussi avoir une influence sur la perception des parties prenantes (investisseurs, clients, partenaires commerciaux)... Puisque la note est rendue par un organisme indépendant, qui vient compléter (confirmer ou atténuer) les affirmations de l’entreprise elle-même. 

Comprendre la note CDP (Carbon Disclosure Project)

Qu’entend-on par taxonomie ?

Selon la Banque des règlements internationaux, les taxonomies de la finance durable sont des "ensembles de critères qui peuvent servir de base à une évaluation visant à déterminer si et dans quelle mesure un actif financier peut soutenir des objectifs de durabilité donnés". L'objectif principal des taxonomies est d'orienter l'allocation des capitaux vers des activités durables, de réduire l'écoblanchiment et de permettre une comparaison plus simple.

Comprendre la note CDP (Carbon Disclosure Project)

Comment se travaille le formulaire CDP chez DECATHLON ?

Chez DECATHLON, cela représente 4 mois de travail. Oui, quand même ! Le niveau, les attentes augmentent chaque année… Et avoir un A une année ne le garantit pas pour l’année suivante, car les connaissances scientifiques ont pu évoluer, les exigences augmenter, etc. Le standard d’aujourd’hui n’est sans doute pas celui de demain !

Comprendre la note CDP (Carbon Disclosure Project)

Que recouvrent les scopes 1, 2 et 3 ?

Souvent un peu obscurs, ces termes recouvrent des réalités bien concrètes :
- le scope 1 correspond aux émissions directes de gaz à effet de serre (GES), issues de ses propres installations (le chauffage dans les bureaux, les émissions des véhicules de l'entreprise, l’énergie nécessaire pour faire tourner ses entrepôts…),

- le scope 2 est lui relatif aux émissions de GES liées aux consommations d’énergie nécessaires à la fabrication du produit (d’où l’importance d’accompagner nos fournisseurs dans la décarbonation de leurs activités),

- le scope 3, ce sont les émissions indirectes de GES : l’extraction des matières premières ou encore, les déplacements des salarié•es et des client•es de l’entreprise,

- le scope 4 correspond lui aux émissions évitées lors de l’utilisation d’un produit, lorsque celui-ci se substitue à d’autres services. Le fait d’utiliser un vélo à la place d’une voiture par exemple.

En bref, la note CDP :

- permet à nos parties prenantes internes et externes de mieux positionner l’entreprise sur ses stratégies et actions environnementales. En externe, il s’agit de faire confiance à un organisme tiers et objectif.
- est l’occasion de pouvoir être évalué, challengé, de se re-questionner… et, parfois, de devancer la réglementation : le CDP a eu une influence significative sur la norme en cours d'élaboration par l'EFRAG, qui deviendra la norme européenne en matière de CSRD. Il nous permet de nous préparer à cette exigence.

C'est-à-dire ?
L’EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group) est une association internationale sans but lucratif créée en 2001 avec les encouragements de la Commission Européenne, afin de servir l’intérêt général.
Et l’EFRAG a travaillé avec la Commission Européenne sur ce sujet de la CSRD.
La CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive), c’est ce qui va venir remplacer, approfondir, la DPEF* en 2024 (pour les entreprises cotées et en 2025 pour les non cotées, dont Decathlon). Les entreprises seront tenues de fournir des informations détaillées sur les questions de durabilité, de changement climatique, et d'évaluer l'impact de leurs activités sur l'environnement et la société en général.

*La DPEF (Déclaration de Performances Extra-Financière), c’est le rapport de développement durable d’une entreprise. Le document qui vient quantifier et rendre compte de tout ce qui n’est pas financier.

Pour aller plus loin

Photo de l'océan

Mener des audits environnementaux - Le système d'audit de DECATHLON

Pourquoi effectuer des audits sur les normes environnementales ? Chez quel type de fournisseurs sont réalisés les audits environnementaux ?

Photo de femmes jouant au hockey sur gazon

Decathlon rejoint le Sustainable Consumption Pledge de l’UE

Ce "pledge" est une nouvelle initiative qui vise à encourager des modes de consommation plus "verts".

EU's Circular Future: Competitive & Active

L'avenir circulaire de l'UE : compétitif et actif

Our policy recommendations for the upcoming European Union legislative term (2024-2029).

Photo d'enfants en forêt

Les rapports développement durable DECATHLON annuels

Déclarations de performance extra financière depuis 2013, Plans de vigilance depuis 2017 et Déclarations sur la lutte contre l'esclavage moderne.