L’évaluation environnementale de nos produits

L’évaluation environnementale de nos produits

Nos produits n’ont plus aucun secret pour vous.

Vous l’avez peut-être déjà remarqué sur notre site internet : l’empreinte carbone de nos produits est désormais disponible sur les textiles.
Ça veut dire quoi ? A quoi et à qui cela peut-il bien servir ? Comment on s’y prend ? Restez là, on vous explique tout sur cette page ! C’est parce que chez DECATHLON, nous sommes concepteur·rices de nos propres produits qu’il nous est possible d’être l’une des seules entreprises à partager un chiffre précis de leur impact carbone.

Empreinte carbone, CO2e : on met les choses au clair

Lorsque l’on parle d’empreinte carbone, on parle de l’impact sur le changement climatique. Il est calculé en mesurant tous les gaz à effets de serre (azote, méthane, dioxyde de carbone …) émis par le produit sur toutes les étapes de son cycle de vie.
Pour simplifier la lecture de cette empreinte, on convertit ces gaz et aussi leur impact en Kg équivalent. C’est pour cela que l’on parle de Kg CO2e, le petit “e” à la suite de CO2 signifie “équivalent”.

L’évaluation environnementale de nos produits
L’évaluation environnementale de nos produits

Pourquoi ”Kg CO2e” ? 

Il s’agit d’une unité créée par le GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat) pour comparer sur la même échelle des gaz à effet de serre différents, et donner une vision claire de l’impact d’un produit ou d’un service.

Par exemple, le GIEC estime qu’1 tonne de méthane (qui est un gaz à effet de serre) est en moyenne 28 fois supérieure en termes de pollution et de réchauffement climatique à 1 tonne de CO2.

Si on résume : 1 tonne de méthane est donc comptabilisée comme 28 tonnes d’équivalent CO2 dans un calcul d’impact environnemental.
Cela signifie donc que 1 tonne de méthane = 28 tonnes CO2e.

L’évaluation environnementale de nos produits

COMMENT JE ME REPÈRE ?

Maintenant que l’on sait de quoi on parle, il est important pour nous de vous aider à comprendre les différentes échelles. Donner un chiffre ne suffit pas, il faut pouvoir le comparer à d’autres pour le comprendre.

Pour vous donner une idée, voici quelques exemples de comparaison avec un trajet en voiture selon la Base Carbone© de l’ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) :
• 1 Kg CO2e = 5 km en voiture à essence
• 10 Kg CO2e = 50 km en voiture à essence
• 50 Kg CO2e = 250 km en voiture à essence
• 100 Kg CO2e = 500 km en voiture à essence
• 500 Kg CO2e = 2500 km en voiture à essence
• 1000 Kg CO2e = 5000 km en voiture à essence

(Pour obtenir le nombre de kilomètres, il faut diviser le nombre de Kg CO2e par 0,2.)

mais 1000km en voiture essence c’est énorme non ?

Vous le verrez sur nos fiches produits, le nombre de kg CO2e peut être parfois impressionnant. C’est pourquoi il est important de le remettre en perspective. Vous vous en doutez, la fabrication d’un vélo est beaucoup plus impactante que celle d’un t-shirt. Cela peut s’expliquer par les matières utilisées pour concevoir un produit (et notamment la quantité, et donc son poids final), par le procédé de fabrication, par les actions à mener pour l’entretenir.
En moyenne pour un t-shirt “basique” (c'est-à-dire sans trop de spécificités techniques) son impact tournera autour de 8,79 kg CO2e. Pour un vélo, la moyenne se situe plutôt autour de 96 kg CO2e (tout dépend bien sûr du modèle de vélo). Vous le voyez, l’empreinte est considérablement différente.

Pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques moyennes d’impact par produit :
• Gourde plastique : 1,13  Kg CO2e
• Casque : 3,77  Kg CO2e
• T-shirt : 8,79  Kg CO2e
• Chaussures : 12,28  Kg CO2e
• Sac à dos “backpack” 19,38  Kg CO2e
• Pantalon : 20,29  Kg CO2e
• Veste : 30,70  Kg CO2e
• Vélo : 96  Kg CO2e

Il peut être intéressant de prendre en compte d’autres critères. Pour un vélo par exemple, sa durée de vie est beaucoup plus élevée que celle d’un t-shirt. (les vélos de nos grands-parents que l’on s’amuse à retaper en sont la preuve !). En plus de pouvoir être réparé des centaines de fois, il peut également devenir votre outil de déplacement du quotidien, et vous aider à réduire votre propre empreinte carbone.

Comment et pourquoi évalue-t-on nos produits ?

L’évaluation environnementale est une démarche qui consiste à mesurer précisément quels vont être les impacts sur l’environnement d’un produit dans toutes les étapes de son cycle de vie (changement climatique, épuisement des ressources fossiles, pollution des eaux, etc.). Lorsqu’on évalue un produit, on prend donc en compte l’extraction de la matière première, son transport jusqu'à l'usine qui la transforme, la transformation en elle-même, la fabrication, le transport du produit fini, son utilisation et sa fin de vie.

Pour évaluer un produit, on s’appuie sur des données existantes qui proviennent de l’ADEME, une agence indépendante  financée par l’État. Elle garantit une impartialité et une justesse des données fournies. Ces données nous permettent de dire que tel composant, telle matière ou tel procédé de fabrication émet autant de CO2. Pour faire très simple : on part d’un produit (dont on connaît toutes les étapes de cycle de vie puisque nous en somme les concepteur·rices), on les met en parallèle avec les données fournies par l’ADEME et on obtient l’impact du produit.

L’évaluation environnementale de nos produits

Cette photo globale de l’impact nous est utile pour deux raisons :
#1 : pour nous, car elle nous permet de prendre les bonnes décisions stratégiques de baisse d’impact. On évalue pour éco-concevoir en donnant à nos équipes de conception les bonnes données afin de choisir des matières ou des procédés de fabrication moins impactants. Grâce à ces données, nous pouvons piloter notre trajectoire CO2 sur le long terme, et rendre dans le futur l’activité de DECATHLON compatible avec les limites planétaires.
#2 : et pour vous ! Cette information vous permet de prendre en compte un critère de plus en plus déterminant lors de l’acte d’achat.

ET DEMAIN ?

En plus de l'impact sur le changement climatique, nos équipes mesurent d'autres impacts liés au cycle de vie entier de nos produits. Nous pourrons prochainement vous communiquer l'impact de nos produits sur la pollution des eaux douces et des eaux marines (appelée "eutrophisation de l'eau"). Ainsi que leur impact sur la santé humaine par le biais de la pollution de l'air.