COÉQUIPIER·ÈRE·S :
ESPRIT D’ÉQUIPE TOUT-TERRAIN

Peu importe leur métier, peu importe leur terrain de jeu, nos coéquipier·ère·s jouent dans la même équipe.

coequipier corquipiere decathlon

Au cœur de nos préoccupations : nos coéquipier·ère·s ! Et ça se perçoit dans notre management, bien spécifique à notre entreprise. Au sein de nos équipes, la diversité, l’égalité homme-femme, et l’inclusion, sont des enjeux majeurs. Pour nous, la mixité et la richesse des talents sont une source d’innovation et de performance.

WHO WE ARE FILM FR

LES 5 PILIERS DE NOTRE MANAGEMENT

1) VIVRE SA PASSION, TOUS LES JOURS
On partage toutes et tous la même passion : le sport. Qu’on soit débutant·e ou expert·e, le sport rythme nos journées. On bouge. On joue. On n’a pas le temps de s’ennuyer !

2) UNE PLACE POUR CHACUN·E
Le plus important pour nous : la passion du sport, des autres et d’entreprendre. Ce sont les personnalités qui nous intéressent, pas seulement les diplômes. L’envie, l’engagement, la générosité, la sincérité font toute la différence.

3) LA CONFIANCE AVANT TOUT !
Chacun·e peut avoir un impact au sein de l’entreprise. Peu importe son poste, peu importe sa place sur le terrain. Chaque voix compte ! Les missions évoluent au rythme des ambitions et des compétences. Chaque coéquipier·ère est bien entouré·e et accompagné·e dans ses challenges quotidiens. L’esprit d’équipe et la solidarité, on y croit fort !

4) LE DROIT D’OSER ET DE SE TROMPER
On aime les initiatives. On aime les valoriser. Eh oui, pour nous chaque jour est une nouvelle ligne de départ. Une nouvelle occasion de changer les règles du jeu. Alors, on a le droit d’essayer, parfois de se tromper et de réessayer. Avec une règle qui ne change jamais : prendre du plaisir tout au long de la partie.

5) ACTEUR ET ACTRICE DE SON PROJET
On pense initiatives, personnalisation et évolution. On croit en la singularité de chacun·e. Chaque coéquipier·ère peut changer de métier ou de mission, sans changer d’entreprise. Et trouver le job qui lui correspond à 100%. Chacun·e peut inventer son projet, sa mission, toujours pour rendre le sport plus accessible à toutes et tous.

travailler chez decathlon management decathlon
manager decathlon

LE SAVIEZ-VOUS ?

Chaque DECATHLONIEN·NE fait un point mensuel et annuel avec son responsable. C’est l’occasion de parler de ce qu’il ou elle vit, de ses réalisations, d’analyser les résultats que cela a produit, et de parler des actions à venir.

QUELQUES CHIFFRES
(au 31/12/2019)

74,3% des coéquipier·ère·s de l’effectif total sont en contrat permanent dans le monde.
94 % des coéquipier·ère·s prennent des décisions sur les sujets qui les concernent.
75 formations sont disponibles et concernent tous les métiers de l’entreprise.

LE PARTAGE DES BÉNÉFICES !

Vous ne le savez peut-être pas : DECATHLON n’est pas coté en bourse. Le groupe est détenu par un actionnariat familial composé de 3 collèges : la famille de Michel Leclercq, l’ex-président fondateur, la famille Mulliez et les salarié·e·s.

Être actionnaire, ça veut dire quoi ?
Être actionnaire, c’est tout simplement posséder des actions, c’est-à-dire une part de l’entreprise. On parle de "collège" pour désigner un ensemble d’actionnaires. Et l’actionnariat familial regroupe les actionnaires d’une même famille. Voilà, vous savez tout 😉

En image : souvenir de la soirée organisée pour l’annonce de la valeur de part, Canada 2019.

actionnaire decathlon actionnariat
Michel Leclercq_actionnariat_1993

PETITE HISTOIRE DE L’ACTIONNARIAT CHEZ DECATHLON

Au début, l’actionnariat, c’est une dizaine de cadres français·e·s de DECATHLON. Puis il grandit, se développe et devient accessible à l’ensemble des coéquipier·ère·s en France. Et partout dans le monde, un peu plus tard.

1987 : Michel Leclercq  propose aux coéquipier·ère·s de devenir associé·e·s, en devenant actionnaires. C’est une opportunité pour elles et eux d’investir dans leur entreprise, de prendre part à l’aventure commune. Et de mieux comprendre le fonctionnement économique et financier de l’entreprise, de se sentir plus impliqué·e·s, plus responsables, mais aussi de se constituer un patrimoine.

2001 : l’actionnariat s’ouvre au monde entier. Aujourd’hui, plus de 40 pays sont actionnaires de DECATHLON avec près de 60 000 coéquipier·ère·s actionnaires.

En image : Michel LECLERCQ explique sa volonté de partager l’actionnariat avec les coéquipier·ère·s (en 1993).

LA MESURE DU BIEN-ÊTRE

Les coéquipier·ère·s sont l’une des forces de notre entreprise. On tient donc à mesurer leur bien-être au quotidien, leur plaisir à venir travailler tous les matins, mais aussi leur fierté à l’égard des produits que l’on conçoit. Pour ça, on organise régulièrement des enquêtes anonymes.
On en est persuadé·e·s : dans une entreprise où il fait bon travailler, où règne une culture de la confiance, les coéquipier·ère·s sont plus heureux·se·s. Et font des client·e·s et des sportif·ve·s heureux·se·s.

le bien etre chez decathlon

LA MESURE DU BIEN-ÊTRE, EN INTERNE

Depuis 2002, on organise chaque année le DECATHLON Teammates Barometer. Qu’est-ce que c’est ? Une enquête qui mesure le degré de plaisir, de bien-être de l’ensemble des coéquipier·ère·s, partout dans le monde. À partir des résultats, les leaders échangent avec leurs équipes sur des thématiques humaines. Ça leur permet de faire le point sur ce qui va bien et de réfléchir à ce qu’il faut améliorer.

En 2020, 56% des coéquipier·ère·s ont répondu “oui complètement” à la question “Plaisir au travail”.

mesure du bien etre decathlon

DECATHLON : GREAT PLACE TO WORK

Depuis 2010, Great Place to Work, un organisme externe, mesure le bien-être au travail chez DECATHLON, dans la catégorie + de 2500 coéquipier·ère·s. En 2020, DECATHLON est classé 2ème des entreprises où il fait bon vivre et travailler*

*sur les entreprises de plus de 2500 collaborateurs
89% des répondants à l’enquête se disent fiers de travailler pour notre entreprise.

great place to work decathlon

COÉQUIPIER·ÈRE·S HEUREUX·EUSE·S !

Parce que le bien-être des coéquipier·ère·s compte pour nous, on a lancé une enquête trimestrielle en 2017. On leur a posé une question simple : “Es-tu heureux·se de venir travailler tous les matins ?”.

Les résultats ? 
40% "Carrément ! C'est top", 44% "Oui plutôt !", 14% "Bof bof...", 2% "Zéro plaisir à venir travailler".
(avril 2019, 10 213 répondants, périmètre France)