Et si le vélo de fonction devenait la norme ?

Et si le vélo de fonction devenait la norme ? 

Quand on vous dit “véhicule de fonction”, vous pensez à une voiture ? Oui, comme beaucoup. Et si demain, ce n’était plus si évident ?

Bienfaits sur la santé, le moral, économies pour soi comme pour la communauté… L’intérêt du vélo en ville n’est plus à prouver pour qui se penche un temps soit peu sur la question.

Le vélotaf a le vent en poupe : déjà en 2019, un employé sur cinq vivant dans une ville de plus de 100 000 habitants pédalait pour se rendre au boulot.
Post covid, ce nombre n’a cessé d’augmenter, comme le chiffre l’Union Sport & Cycle : “Dans la continuité d’une année 2020 déjà exceptionnelle, le marché du cycle français a maintenu sa forte croissance en 2021. Avec un marché total de plus de 3,4 milliards d’euros, les ventes de vélos ont connu une croissance de +4% en volume et de +15% en valeur par rapport à 2020. Concrètement, plus de 2 789 000 vélos se sont vendus en France en 2021, faisant une nouvelle fois du cycle le moyen de locomotion privilégié par les Français, loin devant les autres modes de transport.”

Et bien que la majorité des cyclistes pédale sur leur vélo personnel, on croise sur les routes de plus en plus de bicyclettes de fonction. À l’instar des voitures de fonction, elles sont fournies par l’employeur, moyennant parfois une participation de l’employé.

L’idée n’est pas nouvelle : dans la Silicon Valley, des entreprises comme Google, Apple ou Facebook (pardon, Meta) offrent depuis des années des vélos à leurs employés pour leur permettre de se balader sur les énormes campus américains. D’autres compagnies californiennes mettent aussi à disposition des bolides pour faire des emplettes ou aller faire tomber le stress entre deux réunions sur un sentier à proximité du bureau.

Le vélo d'entreprise dans l'intérêt collectif

Car le vélo, contrairement à la voiture, ne permet pas uniquement de se déplacer du point A au point B. En enfourchant notre bicyclette, on permet à notre corps de se maintenir en forme, on donne un coup de pouce à notre santé mentale, on agit pour désencombrer les routes (et l'air que chacun respire), on découvre les commerces locaux… N'en jetez plus la coupe est pleine. Et s'il fallait encore un argument... En voici un qui fera l’affaire des employeurs : selon le Alberta Centre for Active Living (Université d'Alberta, Canada), les employés qui font du vélo seront 12% plus productifs que les autres. Intéressant non ?
Encore un pour la route (à vélo) : les employeurs qui ont mis en place une politique sportive au travail ont vu leur taux d’absentéisme reculer de 30% à 40%. Pas mal.

Vélo de société-boulot-dodo

Imaginons...

À quoi pourrait ressembler un monde où toutes les voitures de fonction seraient remplacées par des deux roues ? Déjà, il faudra revoir l’idée d’en éliminer un au bénéfice de l’autre. Bien des gens ont besoin du coup de pouce d’un moteur -les personnes à mobilité réduite ou celles qui vivent trop loin des grands centres pour qu’un vélo soit tenable viennent immédiatement à l’esprit. Ce nombre pourrait cependant diminuer grâce à la démocratisation du vélo électrique, qui permet de franchir de plus grandes distances (ou de monter des pentes un peu raides) même si nos jambes ne sont pas au top de leur forme.

Un autre des atouts du vélo de fonction : avec un employeur qui couvre jusqu’à 70% du coût de l’engin, un employé peut sélectionner une bicyclette un peu plus dispendieuse (comme un modèle électrique), qui finira par lui appartenir au bout de quelques années - une manière de faire empruntée directement à l’industrie automobile.

Un vélo électrique de fonction ?

Que faire du complet veston ? Pour passer à la bicyclette, faut-il se résigner à assister à nos réunions en vêtements de lycra ? Pas du tout, si l’on en croit les photos affichée sur le blogue Cycle Chic, tenu par l’urbaniste Mikael Colville-Andersen, mieux connu comme le « pape du vélo ». Lancé en 2006, le blogue a pour but de rappeler que l’on peut demeurer soi-même tout en faisant du vélo. « Je pédalerai avec grâce, élégance et dignité » lit-on dans le manifeste de Cycle Chic. Le mouvement a fait des petits à travers le monde - on peut voir les tendances fashion à Paris, Amsterdam et même à Montréal où l’hiver n’empêche pas d’être bien mis (et si vous cherchez des conseils pour vous y mettre, vous trouverez votre bonheur dans ce conseil).

De plus en plus de dignitaires s’y mettent aussi. La famille royale des Pays-Bas est connue pour son amour de la bicyclette. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, continue à rouler sur son biclou affublé d’une caisse de lait depuis son élection en 2017. Une élue néo-zélandaise se rendait fin 2021 à la maternité en bicyclette pour donner naissance à son deuxième enfant.

Et si on imaginait un tandem de fonction ?

En fait, pour voir à quoi ressemblera l’avenir du vélo de fonction, pas besoin de l'imaginer : il suffit de regarder vers l’Allemagne où plus d’un million d’employés profitent des services d’une poignée grandissante de startups qui offrent un service clef en main, s’occupant tout à la fois du catalogue de bicyclettes, des réparations, des accessoires, et proposent une gamme diverse, incluant les modèles pliants et les vélos-cargos. Encouragé•es par un Plan national pour le cyclisme, les employé•es allemand•es sont non seulement accompagné•es pour s'équiper, ils sont aussi soutenus par le développement d'infrastructures adaptées.

En France, en mai 2020, le forfait mobilité durable a été lancé pour encourager les employeurs à faire un virage vert via des réductions d’impôts - une mesure incitative qui en motivera certainement plus d’un. Même sans ça, la pression des employés est grande : à Bruxelles, un employé sur trois est prêt à échanger son véhicule de fonction pour une bicyclette. Les moins de 30 ans sont particulièrement sensibles à ce genre de bénéfices. C’est simple : alors que les entreprises font des courbettes pour attirer et retenir les talents, il est peut-être temps de passer aux deux roues.

Et si le vélo de fonction devenait la norme ?

Bérangère

Vélotaffeuse avertie. Runneuse en progression. Cyclotouriste qui s'accroche.
Billard (français) d'argent !
Kids friendly.
#TeamDecath

Ces articles aussi vont vous intéresser

Les NFT : quel impact pour l’environnement ?

Les NFT : quel impact pour l’environnement ?

Vous l’avez peut-être suivi : de grandes marques sortent leurs premiers NFT. De quoi on parle ? C’est quoi le rapport avec l’environnement ? On vous e
Qu'est-ce que l'éco anxiété ?

Qu'est-ce que l'éco anxiété ?

L’écoanxiété est un terme nouveau pour décrire un phénomène ancien : l’inquiétude liée au bien-fondé d'une croissance
A quoi sert la COP 27 (et toutes les autres) ?

A quoi sert une COP ?

Depuis 1995, c’est LE grand rendez-vous mondial de l’environnement. Petite plongée dans cet univers complexe et décisif.